"Clean Skin" (Homeland - 1.03)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2011-10-19-13h35m09s4.png

 

Homeland: 1.03 Clean Skin

 

abc2stars


 

vlcsnap-2011-10-19-13h34m40s219Impressionnant comme la série réussit à maintenir constamment en haleine. Elle a installé un vrai climat de tension qui emporte facilement le spectateur, si bien que même les intrigues moins « thrilleresques » se font captivantes. Notamment,  du côté de la famille de Brody et de sa femme infidèle. Intrigue banale et simple au possible, elle prend une toute nouvelle ampleur grâce à l’intégration de la jeune rebelle de la famille qui se révèle moins butée et écervelée qu’elle pouvait le sembler, en révélant tout savoir au sujet de l’aventure de sa mère. Ce qui explique par la même occasion son comportement distant des précédents épisodes. Ajouté à l’interview que Brody accepte de réaliser pour la télé,  cela vient tout de suite rendre la situation plus intense.

 

Dans le même temps, on en profite pour présenter un Brody un peu plus attachant, grâce à de tendres échanges avec ses enfants. Son traumatisme reste toutefois présent et ses difficultés au lit avec sa femme et son récit plein de gravité devant la caméra sont là pour en rendre compte. Pour autant, la série continue de prendre soin d’entretenir le doute sur son véritable état d’esprit et ses intentions en proposant des flashbacks confirmant le lien avec le terroriste Abu Nazir, sans donner non plus de vraies preuves d’une trahison.

 

vlcsnap-2011-10-19-13h32m40s58En parlant du fameux Abu Nazir, comme le suggère le déroutant cliffhanger, le personnage semblerait sur le point de prendre un rôle plus important dans l’intrigue en emménageant aux Etats-Unis. Que Brody ait été corrompu ou non, la menace est donc bien réelle et sa prise d’ampleur donne du coup moins l’impression que la série pourrait jouer inutilement sur nos nerfs avec le doute qu’elle entretient.

 

En parallèle, la mission de la jeune « asset » de Carrie, malgré une issue prévisible, a bénéficié d’un suspense efficace et a très bien retranscrit cette idée de danger d’une menace invisible. La mort de la jeune femme a sinon aidé à présenter une Carrie plus sensible et fragile, l’évènement ayant un réel impact sur elle. La fragilité du personnage est d’autant plus mise en évidence avec sa frustration d’être mise à l’écart par son mentor, Saul. Sa détresse face au vieil homme, avant une réconciliation finale, était même particulièrement touchante. Je regrette toutefois toujours de ne pas voir Saul prendre un vrai rôle dans la trame de la série, surtout que Mandy Pantinkin est extra dans toutes ses scènes et ne demande qu’à être davantage exploité.

 


 

En conclusion, rien à redire. La série joue toujours aussi bien sur les apparences et crée un redoutable suspense. Dans le même temps, elle pense aussi à donner une vraie épaisseur à ses héros et parvient de la sorte à nous impliquer d’autant plus dans son récit.

Publié dans Homeland

Commenter cet article