Weeds: Saison 6

Publié le par Shoone

promo6_cast-002.jpg

 

Weeds: Saison 6

 

abc1star

  



WEE6A

 

Chose promise, chose due. Je vous l'avais annoncé dans le récapitulatif des 5 premières saisons, le voilà enfin: mon bilan de la fabuleuse saison 6 de Weeds. Vous l'aurez compris, il s'agira une nouvelle fois d'un post dépourvu de toute critique, comme souvent quand je parle de Weeds. Et de toute façon, je ne vois pourquoi moi, le grand fan de la série, aurait des reproches à faire à cette saison quand même les plus grand spécialistes séries s'accordent pour dire qu'elle est géniale. Et peut être même plus que les récentes précédentes saisons. Parce que Weeds, saison 6, c'est d'abord un voyage. Mais un vrai. Rien de philosophique comme dans The Big C. Nancy et sa clique parcourent ainsi l'Amérique durant toute la saison... Pour échapper à Esteban et ses sbires mais aussi un peu pour fuir le passé. Il s'agit donc en fin de compte surtout d'une cavale. Une cavale qui va les faire passer de Ren Mar aux frontières canadiennes, de Seattle aux aires d'autoroute de l'Amérique profonde et enfin d'un village de redneck à Dearborn, Michigan. C'est là toute l'ingéniosité de l'idée de cavale. Elle force les personnages à un mouvement constant et du coup la série doit presque se réinventer à chaque épisode. De cette façon, Weeds qui cultivait déjà son imprévisibilité avant, la voit ici poussée à l'extrême. Si bien qu'on a plus que jamais cette impression que tout peut arriver et on ne peut s'empêcher, après chaque épisode, de se demander ce que la série va inventer pour le prochain. C'est ce qui fait de cette saison le meilleur road-trip géant jamais écrit à mon sens.

 

WEE6B


Ce voyage, je vous le disais, c'est aussi une façon pour les Botwin, et surtout Nancy, de fuir le passé. Mais paradoxalement, alors qu'il force la série à toujours innover, il va constituer un véritable retour aux sources. La fin claire et nette du chapitre mexicain dans le 6.06 A Shoe for a Shoe et le retour dans la ville natale de Nancy dans le 6.10 Dear-Born Again illustre parfaitement cette idée. Par ailleurs, de nombreux épisodes contiennent beaucoup d'autoréférences et font appel à la mémoire et à l’attachement pour la série du téléspectateur. Surtout en fin de saison en fait où cet aspect nostalgique devient évident dès le 6.09 To Moscow, and Quickly qui fait allusion à de nombreuses scènes des saisons passées. On aura même droit à un petit retour à Agrestic renommée Regrestic et ce par l'intermédiaire de Doug, dans le 6.12 Fran Tarkenton. A noter aussi dans cet épisode la présence d'un journaliste traquant aussi Nancy pour l'interviewer sur sa vie. De ce génial entretien en découle à nouveau un énorme sentiment de nostalgie. Il ne faut pas y voir de la prétention de la série. Absolument pas. C'est une sorte de cadeau qu'elle fait aux fans de la première heure. Et c'est sûrement pour ça que cette saison 6 n'en n'est que plus jubilatoire.

 

WEE6C


La saison est jubilatoire et pourtant, le registre de la comédie est considérablement moins présent. Il n'a pas disparu loin de la. Des épisodes stand-alone comme Gentle Puppies (le passage chez les redneck) ou Pinwheels and Whirligigs (la fête foraine) sont l'occasion de grands fous rires. Mais clairement le développement des relations entre les personnages s'est vu marqué d'un ton résolument plus dramatique cette saison. Surtout celle de Nancy avec ses fils. D'une part il y a Shane de qui elle va paradoxalement se rapprocher après son acte meurtrier choc de fin de saison dernière. De l'autre il y a Silas, en plein dans une quête identitaire qui va peu à peu l'éloigner de sa famille mais le laisser malgré tout toujours aussi dépendant de sa mère. Enfin nous avons Andy, lui aussi toujours prisonnier de la toile Nancy, comme l'illustre le season premiere, mais qui se voit en partie libéré dans Boomerang quand Nancy lui avoue que rien ne sera jamais possible entre eux.

 

WEE6D

 

En parlant de la toile Nancy Botwin, plus que jamais au centre de la série, le season finale, Theoretical Love Is Not Dead constitue un vrai tournant pour elle. Mais on en arrive pas là par hasard, c’est le résultat de tout un cheminement de la part de Nancy au cours de la saison. Celle-ci, dans sa tentative de fuir le passé va malgré elle finalement le retrouver et devoir le confronter. Elle en prend conscience dans To Moscow, and Quickly où elle se retrouve plus acculée que jamais et enfin forcée de se rendre compte de la mauvaise mère qu’elle a été. Ce qui lui fait prendre la folle décision d’un départ de la joyeuse troupe pour la ville des rêves d’Andy, Copenhague, comme mentionné dans le 5.01 Wonderful, Wonderful.   On remarquera que la série semble très attachée à la continuité, ce qui est à mon avis une grande qualité de cette saison.  Mais c’était sans compter sur le retour d’Esteban, menace invisible de la saison, qui ressurgit à l’occasion du final. Tant mieux d’ailleurs car il aurait été inutile de le faire réapparaître avant. Face à ce rebondissement que même Nancy aura vraisemblablement  finit pas comprendre inévitable, ce qui le rend d’autant plus tragique, les Botwin sont contraints de se rabattre sur leur fameux Plan C, vraie clé de cette fin de saison. Celui-ci implique que Nancy cesse d’être la spiral infernale qui entraîne tout son entourage dans sa chute et fasse enfin face à ses responsabilités. Ce qui en 6 saisons n’était encore jamais concrètement arrivé. Et devrait donc plus que le départ d’Agrestic ou la fuite de Ren Mar ne l’ont fait, bouleverser profondément la série.

 

 


 

En conclusion, la saison 6 de Weeds est de loin l’une de ses saisons les mieux écrites, si ce n’est l’une des saisons de série les mieux écrites, mais là c’est moi qui m’emporte déjà. La série y conserve tout son savoir-faire comique, refusant tout tabou et offrant de savoureux et improbables échanges. Mais elle se révèle aussi très justement plus sombre et mélancolique que jamais à travers l’évolution de ses personnages et les thèmes abordés. Au final la série nous propose donc cette saison road-trip chargée en nostalgie comme une sorte de dernière jouissive récréation avant son dernier acte.

Publié dans Weeds

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Watcher 20/02/2011 16:18



C'est vrai que cette saison est géniale, moi qui m'étais un peu lassée de la série quand Nancy était avec Esteban, j'ai été re-conquise. Le finale est en plus parfait et nous promet beaucoup pour
la suite...


Comme tu dis, la série cultive vraiment son imprévisibilité et c'est là tout son charme, grâce aussi à son insolence (qu'on me parle encore de l'insolence de Glee...) et à ses personnages
attachants et décalés.



HilaryDuffWeb.skyrock.com 10/12/2010 13:05



Je suis totalement d'accord avec toi pour ton avis sur cette 6ème saison ! Veritable coup de coeur à vrai dire pour moi, on voit du renouveau et les personnages reprennent enfin vie, surtout
Nancy qui n'est plus sous l'emprise constante de Esteban. Selon moi, cette saison est la mieux ecrite et tu as totalement raison, durant chaques episodes il y a du suspense, on se demande si qui
peut leur arriver car à chaque moments il ne sont pas à l'abris du danger. Moi qui trouvait la 5ème saison un peu fade, et bien là les scénaristes ont sût redynamiser la serie. Veritable coup de
coeur lorsque la famille Botwin travail dans l'hôtel, j'ai plus qu'adoré les episodes tournant autour de ce passage... et ce que j'ai le plus adoré, c'est de voir le rapprochement entre mes deux
persnnages préférés qui sont Nancy et son fils Silas... sa m'a fait chaud au coeur de voir à quel point elle etait attachée et attentionée envers lui, car au bout d'un moment on se demander si
elle s'inquietait vraiment ou pas pour lui^^