"The War Will Go On Forever" & "There's a Whole..." (Damages - 4.08/4.09)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2011-09-18-21h15m49s179.png

 

Damages: 4.08/4.09 The War Will Go On Forever & There's a Whole Slew of Ladies with Bad Things to Say About the Taliban

 

abc1star&

abc2stars

 


 

vlcsnap-2011-09-18-21h11m39s21A l'approche de la fin de saison, Damages a compris qu'il ne fallait plus perdre de temps. Le mur invisible qui avait séparé les protagonistes de l'affaire High Star jusqu'ici vole donc enfin en éclat. Outre l'interrogatoire d'Erickson on retrouve ainsi diverses confrontations entre Patty, Ellen et les deux têtes de proue d'High Star. Les deux camps pouvant enfin s'affronter de front, le rendu est tout de suite plus homogène et la partie finit par s'accélérer. Mieux, la série parvient à y insuffler une bonne dose de suspense en divisant les deux camps. D'une part, le tandem Boorman/Erickson se disloque peu à peu sous nos yeux avec la trahison de Boorman. De l'autre Ellen se rend compte de sa transformation en une nouvelle Patty, très bien mise en scène dans l'épisode 8, et commence à vouloir inverser le processus. C'est là aussi que trouvent leur intérêt les investigations de son ami journaliste en Afghanistan, qui permettent par ailleurs de voir autre chose qu'un Chris enfermé. Par leur biais, Ellen découvre donc les dangers que court son ami. Ce qui la pousse d'autant plus à se retirer de l'affaire. En effet, comme se sont attaché à le suggérer les épisodes précédent et comme l'explique le boyfriend transparent dans une brutale scène de rupture, magnifiée par Rose Byrne, le personnage s'est finalement trop émotionnellement impliquée avec son témoin. En conséquence, sa seule option pour le sauver sont les négociations avec Erickson. Ironiquement, en parallèle, Patty négocie elle avec Boorman pour faire tomber Erickson, qui lui même cherche à se venger de son collaborateur. C'est dès lors à un jeu d'échec encore plus endiablé qu'on assiste, auquel participent désormais quatre joueurs ayant chacun suffisamment de raisons et de moyens de pression sur les autres pour vouloir remporter la partie.

 

Dans une optique de rendre les choses un minimum authentiques, on retrouve sinon toujours un travail pour humaniser Boorman et Erickson. Le premier semble ainsi éprouver une certaine culpabilité à garder un enfant afghan en captivité chez lui. Il ne va d'ailleurs pas au bout de sa torture et finit par le laisser sortir. On joue aussi sur son lien avec la mystérieuse mère de l'enfant pour démontrer qu'il n'est non plus dépourvu de sentiments. Le personnage garde néanmoins sa part d'ombre et de cruauté, en témoigne sa solution radicale à la trahison de sa copine française. Bravo d'ailleurs à Dylan Baker pour réussir à le rendre toujours aussi glaçant et insaisissable. Goodman ne démérite pas non plus, loin de là et se montre très poignant lorsqu'il craque à cause de l'enchaînement des évènements et surtout du souvenir de sa femme décédée.

 

vlcsnap-2011-09-18-21h13m16s220Le flashforward participe également à l'amplification du suspense. Les auteurs se sont montrés plutôt malins à ce niveau là. Ils ont réussi à nous faire baisser la garde dernièrement et ont ainsi gardé sous le coude une dernière révélation qui a en conséquence encore plus d'effet et relance parfaitement le mystère. On savait donc déjà que Chris était l'homme torturé dans le futur, on apprend désormais que Patty pourrait être la cause de sa mort en ayant décidé de poursuivre l'affaire malgré l'arrangement d'Ellen avec Erickson. C'est le scénario qui se profile même si Patty semble garantir à sa protégée qu'elle n'entreprendra rien de son côté. Il n'y a néanmoins qu'à observer attentivement le formidable jeu de Glenn Close dans la séquence finale de l'épisode 9 pour comprendre qu'elle a d'autres idées en tête. Il y a revanche moins à retenir des flashbacks qui ponctuent les épisodes. Ils ne font que mettre en image ce qu'on pouvait déjà deviner au sujet de la fameuse mission Dust Devil. C'est donc Boorman qui s'en est servi à des fins personnelles et notamment pour récupérer le garçon qu'il séquestre. L'importance de ce dernier dans l'affaire est en tout cas désormais plus qu'évidente et la détermination de Boorman à le garder auprès de lui, puis les tentatives de Patty et Erickson pour le récupérer le confirme bien.

 

Forcément, au milieu de tout ça, la dispute de Patty et Michael pour la garde de Catherine apparaît un peu comme une intrigue superflue. De fait, elle ne trouve pour le moment pas sa place dans l'intrigue d'High star et reste tristement déconnectée. De plus, la situation n'évolue même pas énormément, contrairement à ce que laisse brèvement croire le rêve de Patty. C'est d'ailleurs la partie la plus intéressante. Elle suggère que d'une certaine façon, Patty préfèrerait une réconciliation avec son fils. Bien sûr, elle est trop fière pour faire le premier pas... et dans la réalite, l'idée ne semble même pas traverser l'esprit de Michael. Résultat, l'intrigue stagne.

 


 

En conclusion, le récit gagne en intensité et s'avère particulièrement prenant en cette fin de saison. Surtout dans le premier épisode ou chaque élément a son importance dans la trame principale. Il reste quelques détails superflus mais ils sont minoritaires. Inutile de préciser que le casting est toujours époustouflant.

Publié dans Damages

Commenter cet article