"The Rhapsody of the Flesh" (Brothers & Sisters - 5.08)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2010-11-16-21h20m14s1.png

 

Brothers & Sisters: 5.08 The Rhapsody of the Flesh

 

abc2stars

 


 

vlcsnap-2010-11-16-21h26m52s157Délirant! Absolument délirant cet épisode! Les situations totalement barrées, les dialogue particulièrement gratinés et les prestations étonnamment savoureuse de surjeu s'y sont enchaîné à un rythme effréné. Le summum du délire est atteint lors de la petite soirée de beuverie improvisée chez Nora qui manque de tourner à l'orgie. La responsable? Gabriella Laurent, la mère de Luc et accessoirement actrice dans un film totalement inconnu de la Nouvelle Vague française, "La Rhapsodie de la chair". Venue à Pasadena reprendre contact avec son fils qui ne lui parle plus depuis des années, elle en profite pour se lier avec les Walkers... de plusieurs façons plutôt originales. Interprétée par une célèbre actrice brésilienne, Sonia Braga, je dois avouer que j'ai eu quelques doutes sur la prestation de celle-ci au départ. En plus, je ne voyais pas trop la logique d'engager une Brésillienne pour jouer la mère d'un Français... mais bon ça à la limite, c'est expliqué par le fait que Luc soit aussi à moitié portugais. Mais au final, le jeu très exagéré de Braga a fini par me convaincre. Pour un rôle aussi narcissique et excentrique, c'était l'interprétation la plus adaptée. Par ailleurs j'ai trouvé que son personnage a parfaitement réussi à insuffler de l'énergie et du rythme à cet épisode et à ses intrigues. La lier à la love-story Nora/Karl était ainsi une merveilleuse idée. Elle leur permet d'entamer leur romance avec piment et panache en poussant Nora à s'extravertir un peu et en aguichant sans le vouloir Karl. Son duo avec Nora était, de plus, des plus drôles et sympathiques. Et l'ajout dans l'équation de Sarah en conseillère amoureuse et future patronne de sa mère n'a rendu que les choses meilleures.

 

vlcsnap-2010-11-16-21h20m40s247Là où ça manquait  quand même sérieusement de solidité dans l'écriture c'est du côté de Luc. Ses dialogues avec Sarah sont un peu bateau et son conflit avec sa mère est terriblement exagéré et cliché... le pire étant la réconciliation totalement facile et bâclée. Ajoutez à ça un Gilles Marini pas particulièrement en forme et on obtient une petite histoire de problèmes maternels parfaitement oubliable. Dans un registre plus comique, on peut en revanche se satisfaire du rapide passage de Justin dans le restaurant de Scotty pour jouer les bourreaux des coeurs. Les développement de l'intrigue était assez prévisible mais pas moins fun pour autant. Dave Annable a assuré niveau comédie. Il était servi par des dialogues super croustillants avec Kevin et Scotty en même temps. L'histoire des surnoms de penis m'a bien fait marrer, même si ça devient de plus en plus un classique. Mais la scène la plus hilarante de Justin restera celle de son baiser à la mère de Luc, moyen de distraction pour que sa mère puisse mettre le grappin sur Karl. Le cadet Walker montre ainsi qu'il a clairement l'intention de profiter de son célibat. Une évolution opérée discètement depuis déjà quelques épisodes mais qui reste toujours logique vu les drames qu'il a traversé avec son dernier couple.

 


 

En conclusion, The Rhapsody of the Flesh est définitivement un épisode pour se donner la pêche. Il est drôle, joyeux et décalé sans faire du surplace pour autant, loin de là. Preuve que la grande Calista Flokhart, absente de cet épisode, n'est pas forcément indispensable à d'excellents moments walkeriens.

Publié dans Brothers & Sisters

Commenter cet article