The Big Bang Theory: 5.11 à 5.13

Publié le par Shoone

vlcsnap-2012-01-24-22h33m24s135.png

 

The Big Bang Theory 5.11 The Speckerman Recurrence 

abc3stars

Le principal détail qui m'a dérangé dans cet épisode, c'est le fort cloisonnement des intrigues. Les garçons sont de leur côté et les filles du leur, ne se croisant que lors du prégénérique. C'est assez regrettable quand on sait que la combinaison des 2 groupes fonctionne toujours bien. ça n'a toutefois pas empêché les intrigues de cet épisodes de tenir la route. Celle de Leonard et de son "Bully" retrouvé est peut-être la plus faible, la faute notamment à des gags un peu poussifs à force de répétition, comme celui de la mauvaise écriture. L'humiliation constante du personnage devient aussi lourde parfois. Heureusement, quelques blagues liés à la "mythologie" de la série ainsi que l'utilisation de running-gags propres à Sheldon en font quelque chose d'assez efficace et authentique. Du côté des filles, il s'agit d'amener Penny à se faire pardonner son attitude de "Bully" au lycée. Si les situations ne sont pas des plus élaborées, on peut compter sur la bonne dynamique du trio Penny/Bernadette/Amy pour faire rire. Les défauts de chacune sont exploités tour à tour, renforçant dans le même temps la jolie panoplie de running-gags d'Amy, pour un résultat comique des plus réussi.

 

The Big Bang Theory 5.12 The Shiny Trinket Maneuver

abc2stars

Excellent épisode! Certes, comme pour le précédent, je n'aurais pas été contre moins de cloisonnement mais ça n'a au fond pas été si gênant que ça. L'intrigue de Sheldon fait une superbe exploitation de son couple avec Amy. J'ai adoré voir comment on fait réellement correspondre la relation aux caractères particuliers des personnages, avec ses absurdités et exubérances au travers de la première petite crise qu'endure le couple. C'était le meilleur choix à mon avis. Une relation "normale" n'aurait pas convenu à Sheldon et Amy et n'aurait surtout pas permis aux acteurs d'être aussi drôles. Notamment Mayim Bialik, tout bonnement géniale de loufoquerie en découvrant la tiare offerte par Sheldon. Penny trouve un rôle parfait au milieu de tout ça en nous servant de repère de normalité tout en aiguillant un peu à sa façon les amoureux inadaptés sociaux. Sa confrontation à leur étonnante conception du couple permet de plus un bon effet comique. En parallèle, Howard et Bernadette confrontés au problème du désir d'enfant, ça m'a un peu moins fait rire étant donné le sujet classique. L'intrigue n'en n'est pas moins réussie pour autant. D'abord parce que Mélissa Rauch conserve un vrai peps et une fraicheur rendant ses gags imparables. Et puis le problème de l'enfant non voulu est plutôt bien écrit. Il est amené progressivement sur le tapis, au détour de scènes comiques avec des enfants et le traitement dispose aussi d'une certaine originalité. En effet, c'est Bernadette, qu'on aurait pu supposer au vue de sa douceur et gentillesse remplie d'instinct maternelle, qui est celle qui ne veut pas d'enfant.

 

The Big Bang Theory 5.13 The Recombination Hypothesis (100th Episode)

abc2stars

Pour célébrer son 100e épisode, The Big Bang Theory opte pour la sobriété. Certes, je suis ressorti un poil déçu de l'épisode, regrettant l'absence de vrai évènement pour marquer le coup, mais j'ai tout de même été séduit par l'idée de revisiter les bases de la séries, à savoir l'éternelle romance Penny/Leonard. C'est un retour aux sources qui à défaut d'offrir quelque chose de spectaculaire fait honneur à la série. C'est vrai, la reconnexion des 2 personnages apparaît un peu précipitée mais l'empressement est finalement expliqué par le statut de rêve de la situation. C'est le grand twist de l'épisode qui frustrera certainement les shippers hystériques du couple (s'il y en a) que j'ai toutefois pour ma part plutôt bien pris. Je ne vois de toute façon pas de raison de détester l'épisode juste à cause de ça puisque rêve ou pas, j'ai ri et apprécié les scènes proposées et la révélation n'annule en rien les ressentis la précédent. Bon et puis ce qui me fait si bien accepter cette histoire de rêve, c'est qu'elle a un réel intérêt dans le récit tout de même et n'est pas qu'une simple parenthèse. On y explore la possibilité d'une reformation du couple Penny/Leonard et le fait que ce ne soit qu'au stade de possibilité permet d'entamer le processus de réconciliation dans la réalité mais aussi de faire comprendre qu'il prendra du temps. En effet, si les personnages ont évolué, ils ne semblent pas tout à fait prêts à reprendre leur relation, ce qu'on s'attache à montrer tout en humour avec un Galecki et un Cuoco qui ont sérieusement gagné en alchimie. En arrière-plan, le reste de la bande n'a pas disparu non plus, à part peut-être Raj à nouveau tristement inexistant, et a droit à quelques occasions pour faire mouche sans voler la vedette à Penny et Leonard. Bernadette et Amy disposent ainsi de quelques gags sexuels en plus d'un joli jeu de décalage entre rêve et réalité pour faire rire et Sheldon, fidèle à lui-même, assure le quota références geek (magique moment avec "Spock") et offre un grand moment d'hilarité avec ses expressions involontairement tendancieuses.

Publié dans The Big Bang Theory

Commenter cet article