"Slip Slidin' Away" (PP - 3.06)

Publié le par Shone


Private Practice
: 3.06 Slip Slidin' Away

Franchement, pour se détendre après une rude journée de cours ou de taf, je crois qu'il n'y a rien de mieux que Private Practice. En aucun cas prise de tête et légère, même dans le drame, voilà tout simplement les meilleurs atouts du show. Cette semaine, une fois encore, la série nous le montre.

Je disais la semaine dernière que Violet était devenue la véritable star du show, au détriment d'Addison. Dans cet épisode, comme si les scénaristes avaient entendu mes remarques, les choses semblent bouger à ce niveau là. Addi revient dans la place et Violet met ses drames de côté. La première a enfin droit une storyline claire et consistante. Je l'expliquais la semaine dernière, Addi paraissait depuis un moment éteinte et déprimée de ce fait, on essayait probablement de subtilement amener une intrigue en lien avec ça; et effectivement, Addison le confesse, elle est abattue, elle se sent seule, terriblement seule malgré la présence de ses collègues. Elle fait cette triste révélation suite à une nouvelle désillusion survenue dans sa vie: sa patiente cancéreuse, une certaine Lilli à laquelle elle était très attachée finit par mourir seule sans amis et famille de sa maladie. Avant cela, Lilli a tout de même le temps de confier son chat, Milo, un chat qui représente tout pour elle, à Addi. La rouquine rechigne un peu au début et sa scène dans la boutique pour chat est du coup vraiment trippante... mais finalement, suite au décès de Lilli, et prenant conscience de son sentiment de solitude, Addi se résout à garder Milo. Au départ, je ne la voyais absolument pas le garder, ça ne collait pas vraiment avec son personnage, et puis en fin de compte, ça reste logique puisque ça vient illustrer l'évolution de son état d'esprit. Au final, le tout est donc très bien amené et surtout, cela permet de s'intéresser de nouveau à Addison, moi je dis chapeau.

A l'inverse, Violet devient peut-être moins intéressante du fait de sa quasi-guérison, mais la voir retrouver son mordant et sa détermination fait également plaisir. La faire se rapprocher à nouveau de Pete n'est pas un mauvais choix non plus, c'est ce qu'il y a de plus logique à faire. Par ailleurs, le cas du jour qui les réunissait était assez plaisant, j'ai adoré la façon dont ça a évolué. Au début, on a une dépressive suicidaire avec un petit copain très inquiet pour elle, puis, suite à une thérapie par électrochocs décrétée par Violet, on se retrouve avec une fille épanouie qui feint d'être devenue amnésique... mais uniquement au sujet de son fiancé... parce que maintenant qu'elle est rétablie elle se rend compte qu'elle ne tient pas à rester avec un mec aussi... heu... tolérant et inexpressif que lui. Et le meilleur moyen qu'elle trouve pour se débarrasser de lui sans le faire souffrir c'est de feindre de l'avoir oublié à cause des électrochocs. ça fait bien marrer Violet et Pete... et nous aussi.

A côté de ça, on a le point noir de l'épisode, évidemment Nana. Elle se plombe une bonne partie de sa propre intrigue à être aussi coincée et régrèssiste... pourquoi un médecin ne pourrait-il pas mettre au point un embryon spécial pour nains, si c'est ce que les patients nains veulent? Il y a peut-être des limites à ne pas franchir, mais si on osait jamais rien dans la médecine, c'est pas demain la veille qu'on se débarrasserait des cancers, sida et compagnie. De toute façon, c'est Nana, on va pas la changer... malgré tout, c'est toujours sympathique et appréciable de voir qu'il y a des séries capable de bien travailler avec des gens un peu différents, handicapé ou handicapables.

Au bout du compte, Slip Slidin' Away résume un peu l'esprit de Private Practice et nous montre que la série est loin d'être révolutionnaire mais qu'en attendant, elle maîtrise parfaitement ses sujets et avance toujours avec subtilité et légèreté, une qualité de plus en plus rare chez les séries des networks. Certes, c'est un peu moins bon que la semaine dernière et les défauts propres au show sont toujours là, mais d'une façon ou d'une autre ça se secoue et, plus important, ça fait passer un bon moment.

[7/10]

Publié dans Private Practice

Commenter cet article