Shameless: Pilot

Publié le par Shoone

vlcsnap-2011-01-13-16h42m16s217

 

Shameless: 1.01 Pilot

 

abc2stars


 

vlcsnap-2011-01-13-16h50m05s22Avant toute chose je dois vous préciser que jamais je n'ai vu la version originale de Shameless, à savoir la version anglaise. Un jour peut-être la verrai-je, quand je me déciderai à m'essayer à la fiction britannique. probablement En attendant je reste chez les Ricains, j'y suis encore plutôt bien. Parce qu'on a beau dire que l'âge d'or des séries américaine a touché à sa fin, personnellement je réussis encore à faire de bien belles découvertes. Moins sur les networks, certes, mais je compense largement avec le câble. Surtout avec Showtime dernièrement. Celle-ci enchaîne les réussites depuis 2 ans: United States of Tara, Nurse Jackie, The Big C, Episodes (à confirmer quand même)... et à cette liste vient donc s'ajouter Shameless. Shameless qui, à la différence des autres séries précédemment citées, n'est pas une dramédie d'une demi-heure mais un drama d'une heure. Ainsi, après 4 ans sans avoir lancé un seul drama, Shameless signe le retour de la chaîne à ce type de format. Et sinon, concrètement, ça raconte quoi? Comme bien souvent sur Showtime, l'histoire d'une famille dysfonctionnel. Ici, ce sont les Gallagher, 5 frères et soeurs  issus des quartiers défavorisés de Chicago, qui apprennent grâce à Fiona, l'aînée, à prendre soin d'eux-mêmes pendant que leur père passe ses journées bourré.

 

vlcsnap-2011-01-13-16h46m30s192D'emblée, j'ai été conquis avec la séquence d'ouverture et de présentation des personnages annonciatrice d'un ton savoureusement irrévérencieux. J'ai aussi très vite apprécié les Gallagher grâce à l'union, la coordination et la bonne humeur dont il font preuve malgré la précarité de leur situation. Ils fonctionnent ainsi ensemble, selon une dynamique à la fois très organisée et bordélique, particulièrement plaisante à suivre. On sait d'ores et déjà qu'on ne risque pas s'ennuier avec cette fraterie hors normes. Certains frères et soeurs vont néanmoins plus nous intéresser que d'autres, à savoir Fiona, Lip et Ian, seuls personnages à avoir droit dans ce premier épisode à des intrigues. Dans le cas de Ian et Lip, l'aspect impertinent de la série est confirmé avec un traitement du thème de la sexualité avec beaucoup d'humour. L'intrigue s'avère aussi assez émouvante, notamment grâce au lien fort entre les deux frères plutôt bien illustré. Du côté de Fiona, on découvre un côté un peu plus sombre de la série. De fait, elle a la lourde responsabilité d'être en quelque sorte la mère de substitution de la petite tribu, un rôle qui ne le vaut pas toujours beaucoup de reconnaissance. Surtout de la part de son père. Si elle accepte plutôt bien la situation la plupart du temps, elle a également ses moments de faiblesse. Ici, il s'agit d'une scène, courte, mais particulièrement forte où Fiona exprime tout son désarroi à son père, qui ne l'écoute car en train de décuver. C'était véritablement déchirant à voir. Emmy Rossum prouve ainsi qu'elle n'a pas été choisie au hasard pour le rôle. Oui, même si elle était dans Dragon Ball Evolution. Ironiquement, c'est son compagnon dans ce film qui a été casté pour interpréter son love-interest dans la série. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas traîné. A peine l'épisode en est-il à sa moitié qu'ils offrent déjà une scène de baise mémorable. Pour les scènes plus sérieuses, là il faut avouer que la prestation de Justin Chatwin est moins mémorable. Il donne l'impression d'être hébété en permanence... mais ce doit être le seul point noir au casting, globalement très bien. Il est sinon juste dommage qu'on ait pas pu plus profiter du talent de William H. Macy, l'acteur parfait pour jouer le père indigne qu'est Franck Gallagher. Mais pas de doute qu'il prendra plus d'importance par la suite, sachant qu'il est un rôle pilier de l'histoire.

 

vlcsnap-2011-01-13-16h50m41s142

 


 

En conclusion, à défaut d'avoir réussi à créer eux-même un drama familial pour le câble, les Américains ont fait une très bonne pioche chez les Anglais avec Shameless. Entre comédie trash et drame attendrissant, la série signe un solide démarrage, mettant en place des personnage écorchés auxquels on s'attache très facilement et une atmosphère à la fois chaleureuse et chaotique qu'on adopte très vite. Je serai définitivement présent pour la suite qui se veut prometteuse et vous donne rendez-vous dans 12 épisodes pour un bilan de la saison.

Publié dans Judging Pilots

Commenter cet article

delromainzika 13/01/2011 18:24



Content que tu es aimé. C'était génial ce pilot je trouve.