Raising Hope: 2.11 à 2.13

Publié le par Shoone

vlcsnap-2012-02-14-19h12m14s104.png

 

Raising Hope: 2.11 Mrs. Smartypants 

abc2stars
Un joli épisode de reprise. Il s’intéresse à un thème essentiel dans Raising Hope : l’éducation, l’apprentissage. Et alors que ça aurait pu virer à la morale plombante, la série s’en sort comme toujours très bien. Elle offre une belle réflexion sur l’intelligence qui apparaît finalement plus comme un prétexte à la compétition, dans une approche première, avant d’être le moyen de réunir toute la famille Chance. Parce que ce n’est finalement pas un problème de ne pas tout savoir, tant qu’on est bon dans un domaine, le travail d’équipe permettant de combiner les talents. C’est ce message un poil niais mais pas moins louable qu’essaye de faire passer Raising Hope mais toujours avec humour. On trouve en effet dans la course à l’intelligence de Jimmy la parfaite opportunité de rassembler, non seulement tous les Chance mais aussi tout le cast pour une dynamique comique très réussie. En supplément on a droit à un joli lot de références télévisuelles très drôles comme la A-team de fin d’épisode ou l’excellente réplique de Virginia : Put down the book and go watch TV. And nothing smart ! No PBS and no NBC sitcoms.

 

Raising Hope: 2.12 Gambling Again

abc2stars
A nouveau un plaisir à suivre. Au centre de l’épisode on retrouve un problème d’addiction aux paris de Burt qui va se propager à toute la famille. Si dans le cas de Burt, le déroulement de l’intrigue n’a rien de vraiment surprenant, avec la déchéance de Virginia qui s’ensuit, le tout devient extrêmement fun tant elle apporte des gags absurdes – bon sang que les poupées-cochons m’ont fait rire - et tant Martha Plimpton se donne à fond. L’avantage de cette idée de « gambling problem » c’est aussi qu’elle implique tout le monde et comme on le sait, Raising Hope n’est jamais aussi bonne que quand les personnages sont réunis. En parallèle, il y a aussi une petite histoire autour d’une pièce de théâtre sur Hilary Clinton jouée par Hope, dans la crèche de Shelley, qui finit par rejoindre l’intrigue d’addiction au jeu. A vrai dire, c’est peut-être cette histoire secondaire qui m’a le plus fait rire tant elle s’amuse avec fantaisie avec l’histoire américaine et ses scandales.

 

Raising Hope: 2.13 Tarot Cards

abc2stars
Burt est vraiment très drôle quand il pète les plombs et Garret Dillahunt a des expressions de panique tout bonnement géniales mais ce n’est pas son intrigue que j’ai préféré. Sorti des factures et des engueulades avec Virginia, il m’a moins fait rire avec Barney et ses chinois, trop sages et clichés. C’est à nouveau du côté de Virginia qu’on s’amuse définitivement le plus avec une Martha Plimpton plus délurée que jamais. Sa recherche du business parfait lui permet d’excellentes répliques et offre de géniaux sarcasmes de la part de Maw Maw et Sabrina. L’idée de la supercherie de la voyance, un peu bateau, est sinon vraiment bien portée par Plimpton et un vrai souffle de délire avec le super montage musical, en faisant quelque chose de très drôle. Une très bonne initiative a par ailleurs été de lier le tout à l’intrigue romantique de Jimmy et Sabrina et du projet de vie en Afrique de son copain. Je suis toujours frustré que Sabrina s’accroche à lui, même si je m’y attendais, mais j’ai savouré les quelques instants où Virginia a réussi à les séparer.

Publié dans Raising Hope

Commenter cet article