"Hatless" (Justified - 1.09)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2010-05-26-17h17m24s186.png
.
Justified: 1.09 Hatless 

J19a

Décidément, Justified continue de surprendre. A 2-3 épisodes de son final (oui d'ailleurs, combien d'épisode compte la saison? Faudra se renseigner ^^") la série continue de proposer des formules d'épisode originales et à chaque fois différentes. Exit donc le commissariat, la belle Ava, le mystérieux père Givens et la terrible famille Crowder, Raylan est en vacances et du coup, cet épisode en profite pour s'attacher essentiellement à conclure l'intrigue de Winona et de son nouveau mari pourri. Gary est donc au centre de l'épisode même si Raylan est là en soutien et s'occupe de la sécurité de son ex-femme. C'est l'occasion de mieux découvrir Gary et d'un peu plus nuancer le personnage. On le voyait jusque là surtout comme un mec paumé mais ambitieux, prêt à collaborer et investir avec les personnes les moins recommandables possible. On découvre désormais qu'il n'est pas que ça. Gary n'est pas un mauvais bougre... il essaye d'épargner ses problèmes à sa femme et essaye de s'en sortir par ses propres moyens, en faisant appel par exemple à des amis (ici, un ancien joueur de foot black). Des amis à qui il tient, pour preuve, il finira par regretter d'avoir impliquer sa vieille connaissance dans ses problèmes lorsque cela tournera au vinaigre. Histoire de bien montrer que Gary est de son côté également un ami à qui on tient, l'ex-footballeur finira semble-t-il par ne pas lui tenir rigueur des pépains qui lui aura apporté son implication dans les sales affaires dans lesquels le pauvre agent immobilier baigne. En tout cas, avec un ami ou pas, Gary doit faire face à un Jere Burns toujours très convaicant et flippant en malfrat instable et imprévisible. Mais un peu plus d'humour, ça aurait été pas mal n'empêche. Le perso de Burns, du coup est juste méchant, un point c'est tout... Mais niveau situation comique, on peut se consoler avec Gary qui dans sa tendre connerie de désepéré croit qu'il fera empocher à sa femme son assurance vie... en se suicidant. Heureusement que Raylan est là pour lui rappeler qu'une mort par suicide annule l'assurance vie avant que le crétin ne commette l'irréparable. La scène est en tout cas assez hilarante en son genre malgré la gravité de la situation et permet d'introduire concrètement Raylan comme une assistance à Gary. Ceci fait, c'est donc au final notre cowboy des temps modernes qui apporte la solution à tous les problèmes. Il sauve donc Gary d'une triste fin... pourtant n'avait-il pas promis de lui faire la peau s'il mettait Winona en danger? S'il ne tient finalement pas sa promesse, on peut expliquer cela par le fait qu'il comprenne enfin pourquoi Winona préfèrera toujours Gary. Ainsi, après avoir apprécier la particulière relation, entre affection et répulsion, des ex mari et femme, on obtient enfin la réponse à une question qui devenait de plus en plus primordiale: qu'est-ce qu'Winona trouve à Gary? La jeune femme nous le révèle donc... ce qui a fait qu'elle a choisi Gary tient en 3 mots: he wants things. En bref, malgré ses incertitudes et ses erreurs, c'est un homme plein d'espoir, et très excité par les perspectives de la vie. Et c'est ça qu'il fallait à Winona... comme elle le dit, il lui fallait un peu d'espoir dans sa vie. Par opposition, on poursuit alors le portrait de Raylan qui s'affirme en grand cynique parfois désépérant même s'il entretient une image de façade de mec parfait par son assurance et altruisme. En parallèle à l'intrigue principale, la (trop?) rapide histoire de passage à tabac dans le bar vient confirmer cette idée. On insiste clairement sur l'excès de confiance en lui-même qu'a Raylan et sur sa fragilité latente. Définitivement, nous sommes face à un héros imparfait.

 

J19b

 

En conclusion, un bel épisode efficace qui a le mérite de se consacrer presque entièrement à une intrigue récemment lancée. Résultat, elle ne pouvait rêver meilleur conclusion. On regrettera quand même que Raylan soit si en retrait alors qu'il s'agit quand même de son show.

 

[8/10]

Publié dans Justified

Commenter cet article