Funny Girls (#1-11)

Publié le par Shoone

FG.jpg

 


 

vlcsnap-2012-05-23-16h33m19s223.png

 

2 Broke Girls: 1.23 /1.24 And Martha Stewart Have a Ball (Season Finale)

abc3stars

Un sympathique final qui conclut une saison finalement pas aussi hilarante que j'aurais pu l'attendre mais tout de même globalement fun et divertissante. Il aurait peut-être gagné à être plus court vu comme la première partie peine à décoller. ça avance en fait un peu sans direction claire et même si la réunion de l'ensemble du cast est dynamique et attendrissante, elle s'étale un peu trop. La satisfaction de l'épisode, c'est quand même de voir Max et Caroline travailler ensemble et se soutenir mutuellement tout du long, sans conflit répétitif et artificiel. Dans la complicité et l'amitié, Dennings et Behrs sont en effet aussi très drôles mais également touchantes. La réputation ruinée de Caroline et le retour de Johnny, à défaut d'être totalement hilarants (surtout Johnny) offrent ainsi l'opportunité aux filles de confirmer leur dévouement et tendresse l'une pour l'autre. Le "stalking" de Martha Stewart, qui donne tout son rythme à la seconde partie de l'épisode, permet quant à lui de montrer aussi un duo plus soudé que jamais et fournit sinon davantage de fantaisie et d'humour que la première partie. Il donne aussi matière au reste du cast à s'illustrer en prenant part à l'intrigue notamment Sophie et Han dont les contributions au plan des filles, à elles seules méritent une mention spéciale. Le plus fun dans toute cette folle aventure reste néanmoins l'infiltration du bal avant le climax comique qu'est la rencontre avec Martha Stewart. Enfin, à vrai dire, le gag final avec elle est plutôt convenu, mais les actrices montrent tellement d'enthousiasme et les dialogues restant efficaces, l'ensemble fonctionne bien pour conclure la saison sur note positive. Cela donne presque l'espoir d'une évolution significative dans la gestion du business des cupcakes.
-

vlcsnap-2012-05-23-16h36m34s126.png
-
New Girl: 1.23 Backslide
abc1star
Excellent épisode! La déprime post-rupture de Jess est magistralement gérée et devient un ressort comique plus efficace que ce que j'attendais. Cela dès les premières minutes de l'épisode, encore une fois grâce à la désormais incroyable alchimie entre Deschanel et le reste du cast. Cette histoire de rechute contre laquelle Jess est mise en garde est aussi une jolie réussite. J'ai craint toutefois qu'on régresse dans le récit avec une réconciliation avec Russell mais la série s'en sort très bien avec le super twist qu'est le retour de Paul. Non seulement ce dernier aide Jess à poursuivre son évolution dans la recherche de l'amour mais il est aussi bien plus fun que Russell. Sa demande en mariage à sa "Asian Jess" est génialement décalée. Ce n'est toutefois qu'un retour éclair et ce n'est pas plus mal car il n'aurait pas permis à Jess d'avancer. La rechute de Nick avec Caroline est également une bonne source d'humour mais surtout par rapport à la réaction des garçon, parfaitement portée par la dynamique des acteurs. Le gag de la vidéo d'avertissement du passé est sinon le vrai bijou d'inventivité et d'humour de l'intrigue. Enfin, je me répète mais Schmidt et Cece sont plus attachants ensemble à chaque épisode. On rebondit avec eux parfaitement sur l'histoire du pénis cassé avec un merveilleux running-gag que sont les tentatives du couple d'éviter certaines.... excitations douloureuses. C'est bien évidemment d'autant plus efficace avec Schmidt. L'idée du passage à l'hospice s'impose alors comme très ingénieuse, en plus d'apporter encore davantage d'humour et même de la tendresse.
-
New Girl: 1.24 See Ya (Season Finale) 

abc2stars

New Girl clôt sa saison sur un bel épisode. Ce n'est peut-être pas le feu d'artifices de rires dont j'aurais pu rêver mais cela demeure efficace et monstrueusement attachant. Alors oui, on se doute dès le début que Nick ne quittera pas le loft pour vivre avec Caroline mais cette issue prévisible est loin d'être problématique. La situation du déménagement de Nick fournit le matériel pour quelques gags efficaces et les auteurs ont également une super idée pour mener au dénouement attendu tout en ennuyant pas et en offrant une bonne dose de rire. La crise d'angoisse de Nick dans le désert s'impose ainsi comme la meilleure partie de l'épisode. La présence de l'ensemble du cast sur place contribue clairement beaucoup à cela. Le passage est aussi réussi grâce à l'intervention de Jess, certainement la plus décidée à convaincre Nick de rester. Et là où le récit a toute mon approbation, c'est dans le fait qu'il ne s'agit pas pour elle de le retenir par intérêt amoureux, mais surtout par amitié et pour son intérêt à lui. Bien sûr, je suis certain que leur couple finira par se former et leur volonté successive de faire le bonheur de l'un et de l'autre est le témoignage clair d'un considérable rapprochement qui s'est fait cette saison et se poursuivra à ne pas en douter. Reste qu'en attendant, la série se livre à un parfait numéro d'équilibriste sur cette relation en nous faisant apprécier Jess et Nick pour ce qu'ils sont pour le moment, soit amis, tout en amenant peu à peu l'idée d'un couple, sans rien précipiter. L'alchimie attendrissante entre Deschanel et Johnson l'y aide bien évidemment beaucoup. En parallèle, la série montre pour une fois moins de maîtrise sur la relation de Schmidt et Cece. J'ai été en effet déçu de les voir rompre de la sorte, pour un motif aussi simple et facile que la jalousie, et surtout, aussi précipitamment. C'est vraiment dommage après avoir passé tant de temps à construire la relation. Heureusement qu'on y intègre ce gag sur la rupture "à la Crocs-Blancs" pour qu'on puisse au moins se marrer un peu. Après, dans le fond, je ne suis pas contre la séparation. Elle garantit à la série des possibilités de relations extérieurs et d'élargir sa galerie de personnages et sert aussi d'étape dans la vie du couple  Cece/Schmidt dont il ne peut que ressortir renforcé. Je reconnais aussi que Greenfield et Hannah Simone jouent avec beaucoup de justesse la scène de rupture. Le problème reste surtout que l'ensemble est mal écrit. Enfin, un mot sur ce pauvre Winston, toujours bien discret mais qui ne démérite pas pour autant. Il a juste droit à un simple running-gag sur la peur du noir mais tout de même très efficace grâce un Lamorne Morris en forme, qui décroche aussi d'excellentes répliques en dehors du gag. Pour terminer , il est important de dire à quel point la dynamique de groupe dont New Girl a réussi à se doter est devenue terriblement attachante. La série la met très bien en valeur ici, en faisant même de se préservation un enjeu de ce final. Elle confirme ainsi bien que la base de son récit est l'amitié de ses personnages et leurs rapports, quels qu'ils soient, ne s'en rendant par conséquent que plus humaine et authentique.

Commenter cet article