"Foreign Affairs" (The Good Wife - 2.20)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2012-04-05-19h18m00s129.png

 

The Good Wife: 2.20 Foreign Affairs

 

abc3stars


 

vlcsnap-2012-04-05-19h09m57s166Tiens, nous y voilà, le fameux épisode d’Hugo Chavez tant décrié. Il a tant fait parlé de lui que j’en étais venu à le redouter un peu. Au bout du compte, je pense que le résultat aurait pu être pire. Le gros souci surtout, c’est que la série abuse d’effets comiques dans cette fameuse affaire vénézuélienne qui finissent par la décrédibiliser. Entre l’acteur avocat, la vidéoconférence avec  un Chavez dont on ne voit que le tronc, on nage en plein spectacle de grand guignol qui fait tâche au milieu des tractations complexes et sérieuses de Lockhart & Gardner pour ses clients. Dans le même temps, j’ai quand même d’un certain côté apprécié ces quelques touches d’humour car elles donnent un rythme à l’intrigue. J’ai également aimé voir revenir America Ferrera dans son rôle d’hispanique, tout à faire légitime dans l’affaire et qui a pu de cette façon conclure son histoire avec Eli. Reste qu’on en a peut-être trop fait au niveau de l’humour et qu’au final, on ne s’intéresse pas une seconde au fond de l’intrigue.

 

Sur le plan du pur feuilletonnant, le bilan est plus positif mais pas sans ombre au tableau non plus. La meilleure idée reste d’avoir poussé Alicia à intervenir dans l’arc politique sans sacrifier son amitié naissante avec Eli. C’est même tout le contraire qui arrive, les deux personnages semblant plus complices que jamais dans leur stratégie de communication. Je ne peux que m’en réjouir, fan de la dynamique de Margulies et Cumming que je suis. En parlant des acteurs, je tiens justement à dire que la prestation de Julianne Margulies dans cet épisode est d’une incroyable force et justesse. Comment ne pas mentionner bien sûr le moment tant attendu où elle découvre la liaison de Peter avec Kalinda. La tension est d’autant plus à son comble que cela se passe pile au moment de l’élection de Peter. Elle aurait néanmoins pu se faire encore plus forte si le politicien avait été physiquement là mais bizarrement, on fait le choix de ne pas le montrer. Wendey-Scott Carr non plus n’est pas présente et je le regrette aussi.

 

vlcsnap-2012-04-05-19h22m19s166Sans les candidats à l’écran, l’intrigue de la campagne perd du coup l’essentiel de son ampleur dans sa conclusion. Heureusement, la série peut toujours compter sur l’acharnement d’Eli et le secret de Kalinda pour avoir quelque chose à raconter en rapport avec cette intrigue. Un magnifique travail est d’ailleurs accompli pour aboutir à la grande révélation faite à Alicia. Toujours dans la plus grande finesse. Tout était ainsi réglé, à la base, au sujet du secret compromettant. Peter avait acheté le silence de l’assistant du procureur disposant de l’information, l’enquête de Wiley restait au point mort et Alicia prévoyait même déjà l’achat d’une propriété en banlieue pour reconstruire sa vie avec Peter. Mais c’était sans compter la dernière bombe qu’avait laissé traîner Blake : Lilah, à savoir l’ancien nom de Kalinda qu’il semblait répéter par erreur en début de saison à Alicia. C’est là tout le génie de l’intrigue. L’élément apparaissait anodin mais c’est ce qui finit par faire toute la différence dans le déroulement des choses. Ainsi, quand le nom est mentionné par Wiley, Alicia fait immédiatement le lien. La déduction permet au passage de montrer comme le personnage est loin d’être dupe et à partir de là, peut s’enclencher l’effondrement de l’univers de l’avocate. Mais en permanente subtilité.

 


 

En conclusion, un épisode qui aurait pu être grandiose mais qui est juste sympathique et efficace. L'affaire est étonnamment comique, parfois trop, ce qui peut l'handicaper. Le duo Alicia/Eli brille comme rarement, rattrapant une conclusion décevante à l'arc politique. Enfin, l'intrigue de Kalinda offre quelques derniers rebondissements et évolue en tout subtilité.

Publié dans The Good Wife

Commenter cet article