"Chuck vs. the Leftovers" (Chuck - 4.10)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2010-12-02-21h35m38s132.png

 

Chuck: 4.10 Chuck vs. the Leftovers

 

abc2stars


 

vlcsnap-2010-12-02-21h32m51s19Chuck ne pouvait décemment pas partir en hiatus sans faire revenir les antagonistes de luxe de cette 4e saison, j'ai nommé Volkoff Industries. C'est l'occasion de retrouver le génial Timothy Dalton, cette fois durant tout l'épisode sous une seule et unique identité, celle du big bad guy qui lui va comme un gant. Il réussit à être hilarant et effrayant à la fois, une vraie prouesse. A ses côtés, on retrouve aussi cette chère Frost a.k.a. Mary Bartowski, toujours aussi classe mais plus si mystérieuse et énigmatique. On en profite pour enfin définir clairement son statut moral après avoir joué sur son ambiguïté pendant plusieurs épisodes. C'est donc bel et bien une gentille mais elle est condamnée à rester sous couverture auprès de Volkoff pour une raison simple: Alexei est amoureux d'elle, ce qui fait d'elle un atout majeur pour la CIA, comme elle le révèle à Chuck et Sarah après les avoir sauvé des assassins envoyé par Volkoff. Celui-ci est déterminé à en finir avec eux et va carrément mener un assaut sur le Buy More pour arriver à ses fins et récupèrer sa chère Frost par la même occasion. De quoi nous fournir notre dose d'action et d'adrénaline pour la semaine. En supplément, l'humour est aussi plus que jamais au rendez-vous lorsque les choses prennent une toute autre tournure avec la révélation de Frost. Pour protéger Chuck, elle apprend donc à Volkoff qu'il s'agit de son fils. Une déduction en entraînant une autre, Volkoff comprend que son assistante cachait toute une petit famille et insiste du coup pour la rencontrer. Résultat, un dîner de (restes de) Thanksgiving des plus originaux et drôles vus à la télé. Avec un duo Levi/Strahovski au top, un Timothy Dalton qui s'y donne à coeur joie et un Captain Awesome... ben trop Awesome quoi. Ah tout ce petit monde va me manquer d'ici janvier....

 

vlcsnap-2010-12-02-21h37m59s255Pendant que Chuck dîne en famille avec son futur bad beau-papa, Morgan est aux prises avec les sbires de Volkoff pour délivrer Casey et Jeffster, pris en otages. Mais ne s'improvise pas héros qui veut et la tentative de sauvetage du pauvre Momo va vite tourner au ridicule absolu. Et il y a de quoi hurler de rire. Littéralement. Mais pas autant qu'avec l'entraînement de Chuck et Morgan au strip-tease en début d'épisode, idée complètement loufoque et décalée mais à laquelle j'ai tout à fait adhéré. Bref, à l'instar des épisode précédents, cet épisode assure dans le registre comique. Là où je suis assez déçu, c'est avec la machine d'Orion léguée à Ellie qui se retrouve comme par hasard entre les mains de Chuck et qui n'est au final qu'un autre intersect comme on pouvait le deviner. Pas de surprise à ce niveau là donc et on choisit la facilité pour conclure en catimini un arc qui nous aura occupé pour l'essentiel des deux précédents épisodes. C'est assez dommage je trouve et quelque part un peu frustrant. La série n'ose pas et retourne à sa case départ. Mais heureusement, c'est bien la seule ombre au tableau de ce dernier épisode de l'année.

 


En conclusion, Chuck finit l'année sur une bonne note. Si l'on fait abstraction d'un certain choix scénaristique décevant, l'épisode fournit tout ce que l'on peut attendre de la série. La dynamique Team Bartowski/Volkoff fonctionne très bien, l'arc Frost me satisfait toujours et les pitreries de Chuck et Morgan me font plus rire que jamais. Chuck, la parfaite douceur pour entammer la période des Fêtes ;)

Publié dans Chuck

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eclair 06/12/2010 00:41



Moi aussi j'ai été très déçu par la conclusion de l'arc sur l'Intersect. Personnellement je trouve cette saison 4 bien en dessous des précédentes...



Shoone 06/12/2010 23:03



Pour l'appréciation sur la saison 4, je suis pas trop d'accord. Personnellement, je suis davantage fan de ce début de saison que de celui de la saison 3 qui peinait un peu à me convaincre.