"Broken" (House - 6.01)

Publié le par Shoone

vlcsnap-2010-04-17-14h58m42s144.png
House: 6.01 Broken (Season Premiere)

 

H61a.png

 

Arrivée en grande pompes pour House sur Judging Series avec un special episode-movie de près d'une heure et demi. Les choses ne sont pas faites à moitié, c'est le moins que l'on puisse dire. On avait donc quitté House, l'homme, au bout du rouleau en fin de saison 5, près à se faire interner chez les fous. House, la série, était quant à elle dans une forme olympique. Qu'en est-il en ce season premiere assez particulier? House à l'asile, ça donne quoi? En 10 points, mes impressions sur l'épisode:

 

10 things I  loved, juged cool, didn't appreciate or hated about Broken (House - 6.01)

(10 choses que j'ai aimé, jugé cool, pas apprécié ou détesté à propos de "Broken")

 

I Loved / J'ai Aimé: - House qui se rebelle tout d'abord contre le système. ça reste cohérent avec le personnage. Même s'il a accepté de se faire interner, ça n'implique pas un changement de personnalité soudain et comme on le sait bien, House n'est pas vraiment docile, qu'il se laisse amadouer facilement aurait été plutôt surprennant. D'autre part, c'est toujours en rebelle, en guerre contre le système qu'House est le plus drôle.

 

I Loved / J'ai Aimé: - Les fous de Mayfield. Ils sont crédibles et apparaissent finalement plus drôles et touchants que pathétiques comme je le redoutais. Ils permettent aussi à House de laisser libre cours à son humour sadique et anticonformiste qu'on aime tant. Mais sinon, la vraie prouesse de l'épisode, c'est d'avoir réussi en moins d'une heure, à les rendre vraiment attachants.

 

I Loved / J'ai Aimé: - Le Dr Nolan. Sans être un homme surhumain, il réussit à constituer un "adversaire" à la taille de House. J'aimé d'ailleurs qu'on prenne le temps de s'attarder sur ce personnage simple mais émouvant. Les scènes entre lui et House sont d'ailleurs parmi les meilleures de l'épisode. Mutuellement, ils s'aident l'un l'autre et c'est assez subtil et intelligent de la part des scénaristes de créer un tel lien entre eux. Mention spéciale à Andre Braugher (Men of a Certain Age, Les 4 Fantastiques) qui est vraiment épatant dans ce rôle.

 

I Loved / J'ai Aimé: - L'évolution de House. C'est une progression logique et puis surtout, une progression qui était assez attendue. Pour le coup, elle est plutôt bien gérée. C'est fait sans précipitations, tout en douceur. Comme je le disais, on reste cohérent, House ne passe pas soudainement  d'une personnalité à une autre. Et avant d'accepter de "guérir", il doit d'abord toucher le fond et véritablement se rendre compte de son autre problème, autre que son addiction à la vicodin.

 

I Loved / J'ai Aimé: - Le cas Super Fly Man. C'est une petite histoire qui sert grandement l'évolution de House puisqu'en voulant aider ce pauvre garçon à continuer à croire qu'il est Superman, rien que pour emmerder la direction de l'asile, House viendra à causer plus de problème qu'autre chose au garçon. Et on en reviendra ensuite à l'éternel problème de House: il ne sait pas tourner la page et s'acharne à ressasser ses échecs. Mais grâce à l'aide du Dr Nolan, House réussira enfin, semblerait-il, à se débarrasser de ce complexe. Pour la première fois alors, House s'excusera de ses actes auprès de quelqu'un. Un pas en avant inespéré! La scène où il demande pardon à Super Fly, m'a parue assez poignante. Jamais je n'aurais imaginé House s'exprimer si gentiment... un mythe s'effondre... un autre naît ;).

 

I Loved / J'ai Aimé: - L'amourette House/Lydia. Une sympathique romance magnifiquement traitée, tout en sobriété. Elle participe également à l'évolution de House. Ainsi, avec l'aide psychologique qu'House fini par accepter, il s'engage pour la première fois dans une relation compliquée et prend le risque d'en resortir blessé. Voilà un autre énorme pas en avant qui fait plaisir à voir. Ajoutons à ça les prestations qui frisaient la pefection de Hugh Laurie et de la délicieuse Franka Potente (The Shield, la trilogie Jason Bourne, Che), et on a là une petite romance des plus abouties.

 

I Loved / J'ai Aimé: - Le début et la fin de l'épisode. Ils illustrent l'évolution qu'a subi House, rien que par le choix de la bande-son. Le sombre No Suprises de Radiohead pour le début et le plus optimiste Seven Day Mile de The Frames pour la fin. La réalisation de ces 2 séquences vient aussi soutenir cette idée de changement d'état d'esprit. On commence par une succession d'image assombries de House en pleine souffrance, et on finit avec une House appaisé qui rentre dans un bus tapissé d'une pancarte "Prepare to succeed!", avant de s'asseoir, souriant, et de présenter au spectateur un joli smiley sur son t-shirt.

 

I Loved / J'ai Aimé: - L'absence du reste du cast habituel. Non, c'est vrai, quand on y réfléchit, c'est House LA star du show, c'est pour lui qu'on vient. On s'en fout de Foreman, Taub, Cuddy, Wilson... etc. ça a toujours été le point faible de House, ses personnages secondaire pas assez charismatiques et attachants. Leur absence dans cet épisode est donc plutôt une bonne chose, elle permet d'ailleur de mieux se concentrer sur House et de peaufiner tous les développements faits sur son personnage. Bon, j'avoue, Thirteen m'a quand même un peu manqué.... mais juste un peu.

 

I Loved / J'ai Aimé: - Le format de l'épisode. Sur 80 minutes, les scénaristes ont pu se permettre de s'attarder davantage sur certaines histoires et de ne pas précipiter les choses dans le développement des personnages. La série a ainsi vraiment su tirer parti de cet épisode rallongé.

 

I Didn't Appreciate / J'ai Pas Apprécié: - Cet épisode est le season 6 premiere. Et c'est trop tôt! Au-delà de tous les compliments que je peux faire à cet épisode, je trouve malgré tout qu'il survient trop tôt dans l'histoire de la série. Ce n'est pas gênant du tout pendant le visionnage mais ça risque de le devenir par la suite. 2 options s'offrent maintenant à la série. Soit elle tient compte de l'évolution que House a subie et il devient un heureux et gentil toubib, mais là, ce serait quand même assez risqué puisque tout l'intérêt du show réside à la base dans la personnalité cynique, sadique et narcissique de House et si cette personnalité disparaît, à ce moment là, personellement, je me demanderais pourquoi continuer à regarder... à moins que la série s'en sorte avec une jolie pirouette ou nuance un peu la chose... soit elle oublie complètement cet épisode et House redevient le House qu'on connaît mais ça voudrait dire que ce premiere n'aura été qu'un épisode inutile dans la série. Affaire à suivre donc... ce qui est sûr c'est que la fait d'avoir proposé maintenant un tel épisode va causer quelques problèmes dans les prochains scénarios.

 

H61b.png

 

En conclusion, House offre un season premiere percutant et maîtrisé. De loin, l'un des meilleurs épisodes de la série. Il aurait d'ailleurs pu constituer un excellent series finale, de mon point de vue. Maintenant, j'ai quand même un peu peur pour la suite...

 

[9/10]

Publié dans House

Commenter cet article