30 Rock: Saisons 1 à 3

Publié le par Shoone

30-rock-season-premiere.jpg

 

30 Rock: Saisons 1 à 3

 

Bon, ok, à l'origine, un tel article n'était pas du tout supposé voir le jour, sachant que je m'étais engagé à ne pas reviewer de sitcoms lorsque j'ai commencé le blog. Mais ne dit-on pas qu'il n'y que les imbéciles qui ne changent pas d'avis (Dieu en lequel je ne crois pas sait comme je déteste cette expression mais là elle m'arrange plutôt bien)? Et puis m'étant mis récemment à parler des nouvelles sitcoms de 2009/2010 dans une petite chronique, je me suis dit que la promesse était déjà brisée de toute façon. Quoiqu'il en soit, en cette période plus rare en articles et mises à jour qu'est l'été, ce petit bilan devrait être plutôt le bienvenu non?

 

Bref, revenons à nos moutons, à savoir les 3 premières saisons de 30 Rock. 30 Rock et moi, c'est une longue histoire. Je l'ai tout d'abord tenté au printemps 2008, si je me souviens bien, intrigué par toutes les récompenses que recevait la série à cet époque. J'ai donc vu la saison 1 en quelques semaines, mais suis resté sceptique. Le show était rythmé et décalé mais il manquait clairement quelque chose pour que j'accroche. Résultat, j'ai lâché l'affaire avant le début de l'été. Puis les Emmy 2008 ont vu le sacre (pour la seconde fois!) de la série et de ses acteurs. Décidément, je devais avoir de la merde dans les yeux pour ne pas être autant emballé par la sitcom, me disais-je. Toutefois, je n'ai pas réussi à trouver la motivation à ce moment là pour retenter le coup (et puis j'étais de toute façon déjà trop occupé à découvrir The Big Bang Theory et Damages... et puis quelques autres qui ont par contre vite fini par me consterner... Gossip Girl en tête). 2 ans plus tard, alors que la saison vient de se terminer, je trouve en la période estivale l'occasion rêvée pour rattraper quelques séries, à l'instar de nombreux autres téléphages j'imagine. Au hasard, je choisis 30 Rock et refait donc une tentative de comprendre son succès critique. 

 

tinafey30rockMaintenant que vous avez découvert avec, sans nul doute, passion et fascination ce pan de ma vie de téléphage, on peut passer à l'aspect plus "critique" de cet article. Autant vous le dire tout de suite: non, le succès critique de 30 Rock n'a toujours pas de justification à mes yeux. Et je me suis quand même enfilé 2 saisons, soit pas loin de 40 épisodes, en moins d'une semaine pour essayer d'en trouver une. Au final, tout ce que j'ai eu, c'est un petit show légèrement prétentieux mais plutôt amusant lorsqu'il joue à fond le côté décalé de ses personnages. Je ne peux donc pas vous donner de raison à l'adhésion quasi unanime des critiques américains au show (si ce n'est par pur élitisme?) car, si la comédie possède bel et bien quelques beaux points forts, elle a aussi pas mal de défauts, les principaux étant:

 

- Le déluge de références. Quelques unes, c'est bien. Trop, ça devient handicapant. Clairement, lorsque la série mise un peu trop là-dessus, les scénarios et gags de l'épisode n'ont du coup plus beaucoup de place et d'efficacité et on obtient alors une bouillie de culture sans réelle structure, ce qui est assez dommage.

 

- Ces mêmes références qui sont toujours très pointues. ça aurait pu être quelque chose de positif, et ça l'est sûrement pour les membres pour l'académie des Emmy, mais de mon point de vue c'est ce qu'il y a de plus gênant dans le show. Le fait est que plus c'est recherché, moins la série a de chances d'atteindre un large public, c'est la réalité, aussi triste soit-elle. Ce serait moins problèmatique si 30 Rock misait moins sur ces références. Seulement, elle s'obstine a en mettre un paquet et n'en n'est que moins accessible. Heureusement, quelques éléments sont là pour palier à ça, comme on le verra plus bas.

 

... quoiqu'il en soit, à cause de ça, j'ai passé pas mal d'épisodes à me sentir comme exclu. Je conçois que c'est aussi un peu ma faute... je suis jeune et mon bagage de sériphile n'est pas bien gros, peut-être apprécierais-je plus si j'avais plus d'années devant le ciné et la TV dans les pattes. Mais, 30 Rock étant quand même une sitcom de network, ne serait-elle pas censé aussi faire un minimum d'efforts (à commencer par se rendre un minimum accessible) pour décrocher la plus haute audience possible? Alors elle veut se montrer classe et intellectuelle, c'est une bonne initiative, mais ça paye rarement en télévision. En se cantonnant à rester le petit show "de l'élite", j'ai envie de dire, 30 Rock est condamnée à conserver ses audiences dites "à niche". Mais elle a de là chance, NBC est dans une situation délicate actuellement, ce qui lui garantit encore quelques renouvellements malgré ses audiences au ras des pâquerettes.

 

Ce qui rendrait la série plus agréable à suivre et lui permettrait peut-être d'augmenter son audiences, ce serait de trouver un juste milieu entre humour intellectuel avec plein de références et humour simple et fédérateur. Bon ce n'est qu'une analyse rapide de jeune sériphile, alors je ne vous en voudrait pas si vous venez rouspéter en me signalant que je ne dit que du caca.

 

tina-fey-jennifer-aniston-and-alec-baldwin-on-the-set-of-30Bon, à part ça, je n'ai pas complètement détesté 30 Rock non plus, comme je le disais, elle a quelques points forts. Parmi ce qui m'a plu, il y a les personnages en eux-même, rendus assez attachants par leurs délires et leurs côté "cas sociaux" très exagéré. Jack Donaghy reste mon préféré avec Jenna. 2 personnages bigger-than-life plein d'ambitions et dont les stratagèmes pour grimper l'échelle hiérarchique ou de popularité sont à chaque fois plus drôles et tordus. J'aime bien Liz aussi, le problème c'est qu'elle est un peu trop... omniprésente dans le show. Tina Fey réussit à être très drôle par moment et j'avoue que je m'identifie assez à son personnage, mais à force de la voir, elle finit par devenir un peu lassante. On ne pourra pas nier avoir été prévenu. Tina Fey est créatrice de la série, mais elle en est également scénariste, productrice et actrice. Le Tina Fey Show serait presque plus adapté comme nom. A tous les allergiques à cette bonne femme, je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin! Ce que j'aime sinon chez 30 Rock, c'est sa critique du monde du businness et de la télévision en Amérique (notamment à travers les intrigues de Jack). Le faire avec humour rend la chose très efficace et compréhensible je trouve. Dommage qu'au fur et à mesure des saisons, la série fasse de moins en moins cela pour s'attarder davantage sur les intrigues romantiques parfois drôles de Jack et Liz mais toujours très répétitives et qui ne font en rien évoluer les personnages. Mais au moins, c'est grâce à ce genre d'histoires qu'on a droit à un beau défilé de somptueuses guest-stars (Edie Falco, Salma Hayek, Steve Martin, Jennifer Anniston, John Hamm et j'en passe) faisant généralement office de prétendants plein d'auto-dérision ce qui est très appréciable.

 

30-rock-cast-picture-01

 

En conclusion, si les raisons de l'encensement de 30 Rock resteront un mystère pour moi, en tentant de le percer, j'aurais découvert un show, ma foi, bien sympa malgré les agaçants grands airs qu'il se donne, et cela grâce à ses personnages hauts en couleur et complètement loufoques auxquels j'aurais fini par m'attacher.

Publié dans 30 Rock

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline 07/07/2010 22:24



Je trouve HIMYM très accessible pour ma part, j'ai pas eu de soucis de référence pour le moment



Céline 07/07/2010 13:07



C'est exactement mon ressenti face à cette série.


En ce qui concerne les références c'est normal qu'on ne les comprenne pas toutes car même si on intègre la plupart de la société americaine via le cinéma ou les séries, nous ne vivons pas dans le
pays nous ne pouvons pas tout comprendre.



Shoone 07/07/2010 18:33



Oui, tu as raison, je pense qu'il faut mentionner ça aussi... d'ailleurs, c'est l'une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais accrcohé plus que ça à How I Met Your Mother qui fait souvent des
gags uniquement comprenables des américains il me semble.